Marché de l’art : bilan 2020 et tendances 2021

Le mot art sous forme de tubes de lumières

Suite à la crise sanitaire liée au Covid-19, l’année 2020 aura vu la plupart des événements majeurs artistiques de part le monde soit annulés, soit, au mieux, différés et se déroulant dans des conditions très restreintes en termes de fréquentations et d’accès aux lieux.
Tout cela a bouleversé la donne et a généré de nouvelles habitudes essentiellement numériques, aussi bien auprès des acteurs du secteur de l’art, qu’auprès des acheteurs.

Marché de l’art en 2020

Une rapide dégradation en début d’année

Dès le mois de mars puis tout au long de cette année 2020, les confinements à répétition et les diverses restrictions sanitaires dictées par la pandémie du Coronavirus auront totalement chamboulé le grand échiquier de l’art.

Les expositions internationales, nationales ou locales, grandes et petites n’ont pas eu les bénéfices attendus en termes de visiteurs, événementiels, ventes, etc.
Au grand dam des artistes en premier lieu et des galeries d’art.

Ces dernières ont été menacées quant à leur survie et l’on s’attendait à ce qu’un tiers d’entre elles ferment.

Les artistes, quant à eux, qu’on oublie souvent lorsque l’on parle de marché de l’art, ont subi de plein fouet cette crise rendant pour la majorité d’entre eux leur situation personnelle et financière davantage précaire.

Un nouveau défi relevé

Du coup, dans l’urgence, les expositions majeures annulées telles qu’Art Basel ont été réalisées…en ligne sous forme de showrooms numériques. Les ventes se sont plutôt bien déroulées en ligne.

Tous ceux qui avaient pris du retard dans le numérique ont dû retrousser leurs manches.

Ce retard a été très vite rattrapé.
Pour les habitués des enchères, celles en ligne sont devenues la nouvelle norme.
Christie’s a vu ses ventes en ligne augmenter de plus de 260%, presque le double chez Sotheby’s avec près de 450% (70% des enchères se sont faites en ligne) !

Si le chiffre d’affaires du marché de l’art est en baisse en 2020, en revanche, une augmentation du nombre d’acheteurs a été relevée.

Les ventes ont surtout eu lieu à partir du deuxième semestre.

Une bonne résistance

Finalement, sur l’ensemble de l’année, le marché de l’art a bien résisté.
Les galeries d’art ont bénéficié de plus de visiteurs, plus de ventes en ligne également.
Elles ont même connues à Paris des records d’affluence durant les quelques mois avant le troisième confinement.
En effet, elles étaient les seules à montrer de l’art, les musées étant fermés.

Cependant, affluence ne signifie pas forcément achat, bien entendu.
Plus des trois quarts des galeries d’art ont subi une énorme perte de chiffre d’affaires.
Les aides gouvernementales leur permettent globalement de tenir le coup, pour le moment.
Qu’en sera-t-il quand les aides se termineront et qu’il faudra les rembourser ?

D’autant qu’un nouveau coup dur frappe les galeries d’art en France et principalement celles parisiennes.
En effet, suite au confinement de 16 puis 19 départements décrété vers la mi-mars 2021, puis étendu à l’ensemble du territoire, les galeries d’art ont dû refermer leurs portes, contrairement aux maisons de ventes et d’enchères qui, quant à elles, sont régies par le Ministère de la Justice et non celui de la Culture pour les premières. Deux poids, deux mesures.
Une concurrence forcée jugée déloyale par l’ensemble des galerie (lire cet article et/ou celui-ci).

Demandant un arbitrage auprès du Conseil d’État sur le sujet, les galeries d’art ont été déboutées.
L’ordonnance rendue ce 14 avril 2021 stipule en effet :

…que la fermeture au public des galeries d’art, au même titre que la plupart des autres commerces, est justifiée par la situation sanitaire très dégradée et la nécessité de limiter la propagation du virus.
Mais elle admet :
que la fermeture au public des galeries d’art crée une grave distorsion de concurrence avec les salles de vente, lesquelles sont autorisées, par exception, à ouvrir et porte atteinte à la liberté d’expression, la liberté de diffusion artistique et la liberté d’entreprendre.

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/galeries-d-art-le-juge-des-referes-ne-suspend-pas-leur-fermeture-en-raison-de-la-gravite-de-la-situation-sanitaire


En clair, le Conseil d’État donne raison aux galeries sans toutefois aller contre les décisions gouvernementales.


Le marché chinois obtient une augmentation de son chiffre d’affaires et rafle près de 40% du marché de l’art, suivi par les USA avec un peu moins de 30%, le Royaume-Uni avec 15% et la France 5%.
Ces 3 derniers ont subi une baisse de 30 à 40% du CA.

La peinture contemporaine ou ancienne continue à monopoliser les ventes avec plus de 60%.
Le dessin suit avec 25%, la sculpture 8%, les estampes en net progrès avec 4%, la photographie avec 1%.

L’art moderne domine le marché avec un peu plus de 40% des transactions, suivi par l’art d’après-guerre avec un quart des ventes, l’art contemporain avec près de 16%. Les maîtres anciens dépassent les 10%.

Notons que comme à l’accoutumée, les oeuvres ne dépassant pas les 5000$ (environ 4300€) représentent 80% des ventes totales, en progression de 3%.
En revanche, les ventes de très haute gamme ont plus souffert de la crise sanitaire, en baisse de plus de 30%, même si de très grosses ventes ont eu lieu.

Le marché de l’art en ligne

Comme nous l’avons indiqué, il a battu des records, en doublant son chiffre d’affaires par rapport à 2019 et représente 25% du marché de l’art (9% en 2019).

32% des acheteurs en ligne étaient nouveaux sur ce marché.

Si on note un marché en ligne principalement dominé par de jeunes acheteurs depuis plusieurs années, 2020 n’aura pas failli dans cette catégorie.
Cette nouvelle clientèle a même investi dans des oeuvres en ligne vendues plus chères que les années passées.

Il y a un autre élément qui est devenu fondamental pour réussir une vente en ligne : l’affichage du prix de l’œuvre.
En effet, certains artistes ou galeries étaient très réluctants à annoncer la couleur.
Seulement le verdict est tombé :
un prix affiché permet d’augmenter jusqu’à six fois les chances de vendre une œuvre d’art !
C’est ce qu’a constaté les deux tiers des principaux intéressés.

Ecrans d'ordinateurs avec des photographies

Les perspectives pour 2021

Augmentation des parts de marché

Aucun des acteurs du marché de l’art ne voit de déclin dans les ventes en ligne, 40% d’entre eux prévoient même encore une augmentation de part de marché.
Et ceci n’est pas liée uniquement à la crise sanitaire.
En effet, depuis une dizaine d’années, la vente de l’art en ligne est toujours en croissance.
Elle a simplement été boostée, voire catapultée ces derniers mois.

Pour les collectionneurs d’art à travers le monde, la grande majorité reste optimiste quant à la performance du marché de l’art : 60% d’entre eux sur les 6 mois à venir, 68% sur les 12 prochains mois et 76% sur les 10 prochaines années.
Ces pourcentages représentent une moyenne et sont variables selon les pays ou continents.

60% de ces collectionneurs, tous âges confondus, sont également positifs quant à leurs intentions de continuer à acheter des oeuvres d’art, contre un peu plus d’un tiers qui pensent en revanche en revendre une partie.

Le numérique de plus en plus présent

Les grandes expositions et autres maisons de ventes et d’enchères continuent donc à faire leur “show” en ligne, la crise sanitaire étant toujours présente et ce pour encore de longs mois.

Pour 2021, les galeries d’art physiques et en ligne, ainsi que les artistes, devront donc continuer à développer leurs propres boutiques en ligne et utiliser les outils numériques mis à leurs dispositions pour attirer davantage de clients potentiels tout en pérennisant les contacts et ventes avec les clients actuels.
Car le défi principal, que cela soit pour une galerie, une maison d’enchères ou un artiste, reste de savoir attirer les clients potentiels parmi toutes les offres possibles se trouvant sur l’internet.

D’où l’obligation de poursuivre (ou commencer si ce n’est pas déjà fait) un marketing approprié en ligne via l’emailing (qui reste l’outil le plus puissant et le plus efficace à ce jour) et les réseaux sociaux .

Selon une enquête, pour ceux qui se sont investis dans le numérique, il n’est pas question de revenir en arrière même lorsque les expositions, salons d’art et galeries physiques seront de nouveau accessibles au public.

En fonction des besoins des uns et des autres, preuve en est que les ventes physiques et celles en ligne sont tout à fait complémentaires et essentielles à la bonne tenue du marché de l’art.

Sources : “Le marché de l’art en 2020” (Artprice / Artmarket) et “The Art Market 2021” (Art Basel).

Accompagnement dans la vente de votre art en ligne

Nous savons qu’il n’est pas facile pour de nombreux artistes de se lancer en profondeur dans l’aventure du numérique.
Pour celles et ceux qui souhaitent un accompagnement sur ce sujet, nous avons réalisé quelques formations en ligne adaptées à vos besoins avec l’aide de notre partenaire Mediacom Créations, spécialisé dans les activités artistiques et culturelles (créations de sites internet, communication, numérisation audio et vidéo et formations en ligne).

La formation la plus complète aborde tout ce dont vous devez savoir et entreprendre pour dynamiser vos ventes grâce à et sur l’internet.
Plusieurs dizaines de leçons à travers divers modules thématiques vous sont proposées et que vous pouvez suivre à votre rythme et autant de fois que vous le souhaitez.
Chaque leçon est disponible en version texte et audio. Certaines comportent des vidéos tutorielles.

Quelques témoignages :

La formation rassemble beaucoup de facettes de cette discipline et propose beaucoup de raccourcis vers des applications très utiles. Elle me semble très complète et bien menée. Elle m’a été très bénéfique. Cela m’a permis de monter mon site de façon plus pro. Merci.

Stéphane Attas, artiste

Formation en ligne commencée durant le confinement que je viens de terminer. Elle est tombée à pic pour moi car je souhaitais créer mon site d’artiste depuis quelque temps déjà. On ne se rend pas compte tant qu’on n’a pas mis le nez dans tout ce qu’il faut savoir pour pouvoir se démarquer, faire les choses correctement et vendre. En fait, c’est pareil pour n’importe quelle activité. Mais la formation est spécialisée pour le domaine artistique. Comme il est dit, il ne suffit pas de poster une fois de temps en temps ses oeuvres et attendre que ça se vende. La formation est complète et aborde vraiment tous les sujets. Bravo à votre équipe. Il ne me reste plus qu’à me lancer et suivre tous vos conseils.

Laurent Roy, artiste

Merci pour cette formation très bien réalisée et qui dresse un panorama assez large des possibilités qu’offre le web dans le cadre de la promotion artistique.

Chamaï Winograd, galeriste

En savoir plus

Bannière de présentation de la formation en ligne "Comment vendre vos oeuvres d'art sur internet"
  • Un parcours pas à pas avec des priorités claires pour avancer vers vos objectifs.
  • Un accompagnement pour lever les blocages du moment.
  • Une pédagogie simple et motivante pour gagner en autonomie et progresser.
  • Une formation qualifiée accessible à tout moment et sur tous supports.
  • Remboursement sous 15 jours du paiement effectué en cas de non satisfaction.

Autres articles autour du sujet

Les idées fausses sur la vente de l’art en ligne

La vente de l’art sur (et grâce à) internet engendre souvent un débat passionné, voire passionnel de la part des artistes.Pour ou contre, cela ne laisse pas indifférent. Pour beaucoup, […]

Partager

Lire la suite

Coronavirus : comment votre activité artistique peut-elle faire face?

Suite aux nouvelles mesures de restrictions instaurées à travers le monde, les foires, expositions et salons artistiques sont annulés ou reportés signifiant que vous pouvez difficilement compter actuellement sur la […]

Partager

Lire la suite


Partager

Donner votre réponse

12 − sept =

Mes oeuvres favorites 0
Voir ma liste Continuer vos achats