Offrez un Noël artistique à vos proches : des idées cadeaux autour de l’art

Boules de Noël sur fond de ciel bleu étoilé

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas et trouver des cadeaux originaux est parfois difficile.
Et pourquoi pas offrir de l’art cette année à Noël ?

Table des matières

Noël est bien entendu le moment tant attendu de l’année pour se retrouver en famille, partager un moment de convivialité et bien entendu échanger des cadeaux.

Si vous ne savez pas quoi offrir à certains de vos proches, peut-être pourriez-vous vous laisser tenter par une touche…artistique.

Nous allons vous donner quelques suggestions, que cela soit à travers des oeuvres d’art (pour tous les budgets), des livres, des DVD.

Ou pourquoi pas offrir un bon cadeau du montant de votre choix à valoir sur l’ensemble de nos services ?

1/ Des oeuvres originales et uniques

Noël est une bonne occasion pour offrir un cadeau original telle qu’une œuvre d’art.
En effet, l’art en tant que cadeau est intemporel, mémorable et sera apprécié pendant de longues années.

Les oeuvres que nous vous proposons sont uniques.
Certaines sont en promotion, c’est donc le moment d’en profiter.

Voici quelques suggestions :

A/ Peintures marines

Fou d'océans 56 - Peinture à l'huile réalisée par Gérard Obadia
Fou d’océans 56 – 20 X 40 cm
Une vague en plein océan avec un ciel nuagueux. Diverses couleurs bleutées.
The wave – 50 X 70 cm
Côte argentine avec vue sur l'océan
Côte argentine – 25 X 75 cm
L'Arche corallienne - Huile sur bois de 48X37 cm réalisée par Jean Lamy
Arche corallienne – 48 X 37 cm
Regata V, peinture à l'huile réalisée par Gérard Obadia
Regata V – 50 X 70 cm
peinture a huile sur bois technique mixte
La petite sirène – 31,5 x 27;5 cm
Marine, repos à Sainte Maxime, huile sur bois réalisée par Jean Lamy
Repos à Sainte Maxime – 46 X 34 cm

B/ Peintures abstraites

Arbre à secrets - Peinture abstraite à l'acrylique de 30 X 40 cm réalisée par Frédérique Mosimann
Arbre à secrets – 30 X 40 cm
Violine - Peinture abstraite à l'acrylique de 40 X 80 cm réalisée par l'artiste Frédérique Mosimann
Violine – 40 X 80 cm
Cyclopes - Peinture abstraite à l'acrylique de 40 X 40 cm réalisée par l'artiste Frédérique Mosimann
Cyclopes – 40 X 40 cm
Fleur d'acier - Peinture abstraite à l'acrylique au format 40 x 30 cm réalisée par l'artiste Frédérique Mosimann - En vente sur la galerie d'art en ligne ART SHOP AND GO.
Fleur d’acier – 40 X 30 cm

C/ Peintures d’animaux

Gladiateurs : combat de chevaux en période de reproduction. Peinture réalisée par Jean Lamy
Gladiateurs – 45,5 X 35 cm
Émilie et son chat -portrait à l'huile - 50 x 65 cm réalisé par l'artiste BB
Émilie et son chat – 50 X 65 cm
Dolphins parades : Huile sur bois réalisée par Jean Lamy
Dolphins parades -108 X 68 cm
regard equestre
Regard équestre – 66,5 X 61 cm

D/ Street art

Peinture aux dominantes rouges et oranges, avec plusieurs déclinaisons du nom de l'artiste OREZ en mode graffiti
Sang d’encre – 88 X 68 cm
Peinture graffiti aux teintes bleues par OREZ
The vandal touch – 93 X 73 cm

E/ Musique et cinéma

Dessin de deux portraits de Johnny Hallyday et une Harley-Davidson bleue
Johnny Hallyday – 35 X 43 cm
Bob Marley : portrait crayons de couleur, sur papier cartonné format 65 x 50 cm réalisé par BB
Bob Marley – 65 X 50 cm
Audrey Hepburn, huile réalisée par l'artiste BB
Audrey Hepburn – 72 X 54 cm
Keith Richards : portrait mine graphite, fond pastel sec sur papier cartonné grain satin format 46 x 41,5 cm réalisé par l'artiste BB
Keith Richards – 41,5 X 46 cm

F/ Paysages

Chalet dans un paysage automnal dans la province du Québec
Le relais du Lac Boston – 60 X 90 cm
Forêt russe - Peinture à l'huile réalisée par l'artiste Gérard Obadia
Forêt russe – 60 X 73 cm

G/ Œuvres diverses

Jack Daniel's : bouteille dessinée aux crayons de couleur par l'artiste BB
Jack Daniel’s – 50 X 73 cm
Pont de Manhattan au bout d'une rue de New York
Manhattan bridge – 36 X 43 cm
Tendre marbre - Huile sur bois réalisée par l'artiste Jean Lamy d'après une statue de femme en marbre blanc
Tendre marbre – 38 X 27 cm
Néfertiti : dessin réalisé aux crayons de couleurs par l'artiste BB
Néfertiti – 73 X 58 cm
Parquet aux insectes 1, peinture sur un bout de parquet en bois réalisée par Jean Lamy
Parquet aux insectes 1 – 24 X 11 cm

2/ Une sélection de livres

A/ Pour se souvenir de quelques expositions majeures en 2019

Incontournable cette année, Léonard de Vinci est partout.
En effet, on commémore les 500 ans de sa mort et le Louvre lui consacre une très grande exposition jusqu’au 24 février 2020.
À défaut de pouvoir y aller, vous pouvez également découvrir gratuitement depuis chez vous une exposition virtuelle et en 3D sur ce génial artiste.
Il vous suffit, au choix, d’un ordinateur, une tablette ou un smartphone.
En savoir plus.

“Léonard de Vinci, catalogue officiel de l’exposition du Louvre”, de Vincent Delieuvin et Louis Frank, aux éditions Hazan, 480 pages.

Le musée trouve en cette année de commémoration l’occasion de rassembler autour des cinq tableaux essentiels qu’il conserve, à savoir la  Vierge aux rochers, la  Belle Ferronnière, la  Joconde  ― qui reste dans la salle où elle est habituellement exposée ―, le  Saint Jean Baptiste  et la  Sainte Anne, la plus grande part possible des peintures de l’artiste, afin de les confronter à un large choix de dessins ainsi qu’à un ensemble, restreint mais significatif, de tableaux et de sculptures de l’environnement du maître.

Cette rétrospective inédite de la carrière de peintre de Léonard permet de montrer combien il a mis la peinture au-dessus de tout et comment son enquête sur le monde, qu’il appelait « la science de la peinture », fut l’instrument de son art, dont l’ambition n’était rien moins que d’apporter la vie à ses tableaux.

Couverture du catalogue officiel de l'exposition du Louvre sur Léonard de Vinci


“Léonard de Vinci. Tout l’œuvre peint et graphique”, de Frank Zöllner, aux éditions Taschen, 712 pages.

Cette édition actualisée offre l’étude la plus complète jamais consacrée à la vie et à l’œuvre de ce maître de la peinture, de la sculpture, de architecture, de la science et de l’invention.
Le catalogue raisonné des tableaux de Léonard couvre à la fois les oeuvres qui ont subsisté et celles qui ont disparu. Grâce aux détails à fond perdu de nombreux tableaux, le lecteur peut inspecter les plus subtiles traits de pinceaux qui sont venus révolutionner l’histoire de l’art.

Un catalogue exhaustif des dessins de Léonard classe près de 700 de ses dessins par catégorie (architecture, technique, proportion, cartographie, etc.) et met en lumière son prodigieux talent d’observation, des études anatomiques aux plans architecturaux, des dessins d’ingénierie complexes aux portraits d’enfants potelés.

Il inclut un nouveau chapitre qui explore les captivants manuscrits de l’artiste.

Mona Lisa en couverture de livre

“Léonard de Vinci, la biographie”, de Walter Isaacson, aux éditions Quanto, 590 pages.

Walter Isaacson, auteur best-seller de « Steve Jobs », tisse dans cet ouvrage unanimement salué par la critique un récit de la vie intime et publique de Léonard de Vinci, basé sur les milliers de pages des carnets qu’il a laissés et de nouvelles découvertes sur sa vie et son œuvre.

Il dépeint l’émergence de son génie, alimenté par une curiosité passionnée, une capacité d’observation de tous les instants et une imagination sans limites.
La créativité de Léonard trouve sa source à la croisée des sciences humaines et de la technologie. Il a épluché la chair des cadavres, dessiné les muscles qui actionnent les lèvres, puis peint le plus mémorable sourire de l’histoire sur la Joconde. Il a exploré les mathématiques de l’optique, montré comment les rayons lumineux frappent la cornée et produit les illusions des perspectives changeantes de La Cène.
Sa capacité à combiner l’art et la science reste aujourd’hui encore la recette ultime de l’innovation.

Son inadéquation aux mœurs de l’époque (Léonard était un enfant illégitime, gay, végétarien, gaucher, facilement distrait et parfois hérétique) a décuplé sa créativité. Sa vie nous rappelle l’importance d’inculquer à nos enfants comme à nous-mêmes la nécessité de toujours remettre nos connaissances en question, de faire preuve d’imagination et, à l’instar de tous les rebelles talentueux et inadaptés qui ont marqué l’histoire, de penser différemment.

Couverture du livre sur la biographie de Léonard de Vinci par Walter Isaacson

Autre rétrospective importante, celle consacrée à Toulouse-Lautrec, depuis le 09 octobre jusqu’au 27 janvier 2020 au Grand Palais à Paris.
Plus de 200 oeuvres de l’artiste sont présentées au public à travers plusieurs thèmes.
En savoir plus.

“Toulouse-Lautrec, résolument moderne”, catalogue officiel de l’exposition, aux éditions RMN-Grand Palais, 352 pages et 350 illustrations.

L’exposition du Grand Palais montre enfin comment cet aristocrate du Languedoc soucieux de réussir a imposé son regard lucide, grave et drôle au Paris des années 1890.

Si l’artiste a merveilleusement représenté l’électricité de la nuit parisienne et ses plaisirs, il ambitionne de traduire la réalité de la société contemporaine dans tous ses aspects jusqu’aux moins convenables.

Comme l’atteste sa correspondance, Manet, Degas et Forain lui ont permis, dès le milieu des années 1880, de transformer son naturalisme puissant en un style plus incisif et caustique. De vraies continuités s’observent de part et d’autre de sa courte carrière. L’une d’entre elles est la composante narrative, elle est particulièrement active aux approches de la mort, vers 1900, quand sa vocation de peintre d’histoire prend une tournure désespérée.

L’autre dimension de l’œuvre qu’il convient de rattacher à son apprentissage, c’est le désir de représenter le temps, et bientôt d’en déployer la durée plus que d’en figer le mouvement. Qu’il s’agisse de Princeteau, son maître en peinture hippique, de Cormon, peintre énergique par excellence, ou de Degas, qui le pousse à traquer la dynamique au-delà de la danse, Lautrec n’aura cessé de reformuler l’espace-temps de l’image. L’artiste est parvenu à concilier la fragmentation subjective de l’image et la volonté de hisser la vie moderne vers de nouveaux mythes.

Couverture du catalogue de l'exposition consacrée à Toulouse Lautrec en 2019 au Grand Palais de Paris


Berthe Morisot était l’une des rares femmes impressionnistes et membre fondateur de ce mouvement (impressionnisme) avec Renoir, Monet et Manet dont elle a été en plus son modèle préféré.

Le Musée d’Orsay lui a rendu hommage cette année de juin à septembre à travers cette belle exposition.
En savoir plus.

“Berthe Morisot, catalogue officiel de l’exposition”, aux éditions Flammarion, 302 pages et 200 photos.

Cette exposition monographique sur l’artiste – première en France depuis 1941 – et son catalogue retracent le parcours exceptionnel d’une peintre, qui, à rebours des usages de son temps et de son milieu, devient une figure essentielle des avant-gardes parisiennes de la fin des années 1860 jusqu’à sa mort prématurée en 1895.

Peintre de la vie moderne, elle n’aura de cesse de fixer ce qui par nature est éphémère, des moments fugaces de lumière et de mouvement, et de brouiller les frontières, entre intérieur et extérieur, privé et public, fini ou non fini.

Illustré des plus importants tableaux de Morisot, cet ouvrage permet de (re)découvrir l’artiste sous un jour nouveau.

Couverture du catalogue de l'exposition consacrée à Berthe Morisot au Musée d'Orsay

Un des autres événements de cette année a été l’exposition réalisée par le Musée d’Orsay consacrée au modèle noir de Géricault à Matisse, une incursion dans la représentation des figures noires dans l’art depuis l’abolition de l’esclavage jusqu’à nos jours.
En savoir plus.

“Le modèle noir : de Géricault à Matisse”, aux éditions Flammarion, 381 pages et 274 photos.

Centrée sur le dialogue entre le modèle et l’artiste, qu’il soit sculpteur, peintre ou photographe, l’exposition explore l’imaginaire dans la représentation des figures noires à travers les œuvres majeures de Gérôme, Cordier, Ward, Manet, Cézanne, Matisse, Nadar, Man Ray, etc. Tout en offrant une perspective continue, elle s’arrête sur trois moments clés : l’ère de l’abolition, la Nouvelle peinture et les débuts de l’avant-garde, les artistes post-guerre et contemporains.

En adoptant une approche pluridisciplinaire, entre histoire de l’art et histoire des idées, le catalogue propose d’approfondir le sujet, encore peu étudié en France, avec plus d’une vingtaine d’essais et une chronologie illustrée. Il redessine une histoire de la modernité à travers l’évolution du regard et des problématiques esthétiques, politiques, sociales et raciales.

Couverture du catalogue de l'exposition Le modèle noir de Géricault à Matisse

B/ Street art

2019 a confirmé une nouvelle fois la part grandissante que représente le street art et l’art urbain comme mouvements artistiques majeurs auprès du public.
Nous vous proposons une sélection de livres et guides sur ce thème.

“Guide du street art à Paris”, de Stéphanie Lombard et Simon Hoareau, aux éditions Alternatives, 160 pages.

Découvrez les meilleurs spots d’art urbain… à Paris, Vitry-sur-Seine et Montreuil grâce à ce guide abondamment illustré (plus de 150 artistes représentés) conçu autour de 9 itineraires :
Du Marais à Beaubourg • Mouffetard et la Butte-aux-Cailles • De République au 104 • D’Oberkampf à Belleville • Paris XIII, le pari des monumentales • Autour de Montmartre • De Stalingrad à Pantin • Vitry-sur-Seine, vitrine sur l’art urbain • Montreuil, territoire street art.

Vous trouverez pour chaque parcours :
– une carte indiquant l’itinéraire à suivre, les sites à voir et les bonnes adresses
– un itinéraire détaillé («Suivez le guide»)
– des rubriques pour découvrir des artistes emblématiques du quartier
– des focus («À ne pas manquer» et «L’artiste à la une») pour faire le point sur des œuvres et des artistes incontournables
– des «Bon à savoir», infos pratiques pour signaler festivals et lieux de culture urbaine – des «Bonnes adresses» (bars, restos, galeries, librairies, suggestions de visites)
– un «Zoom» pour en savoir plus sur le street art (techniques, associations, galeries…)
– un «Mur», double page de photos donnant la température du quartier.

Guide du street art à Paris

“Guide du street art en France”, aux éditions Alternatives, 160 pages.

Après le succès du Guide du street art à Paris, découvrez les plus belles scènes d’art urbain en France !

Au fil de parcours établis dans 10 villes (Lille, Rouen, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Sète, Marseille, Lyon et Strasbourg), partez explorer des quartiers hauts en couleur, vivant au rythme du street art !

Vous trouverez pour chaque parcours :
• une carte indiquant l’itinéraire à suivre, les sites à voir et les bonnes adresses
• un parcours fléché («Suivez leguide»)
• des rubriques détaillées pour en savoir plus sur certaines haltes de la balade
• des focus («À ne pas manquer !» et «L’artiste à la une») sur des œuvres, des lieux ou des artistes incontournables
• des «Bon à savoir», infos pratiques pour signaler festivals et lieux de culture urbaine
• un «carnet d’adresses» (bars, restos, galeries, librairies… et suggestions de visites)
• un «zoom » pour en savoir plus sur les associations qui font bouger les lignes ou les manifestations autour de l’art urbain
• une double page «Pour aller plus loin» pour ceux qui veulent en voir toujours plus, en ville ou en périphérie.

Guide du street art en France

“Street art”, aux éditions Lonely Planet (connues pour ses guides touristiques), 226 pages.

Un beau livre aux photos superbes qui invite à découvrir les plus beaux spots de street art en Europe, en Amérique et dans le reste du monde

– Un tour du monde des meilleures destinations street-art de la planète en 27 villes et 17 festivals.
– 140 spots détaillés et des suggestions de lieux supplémentaires pour prolonger la découverte
– Une carte pour chaque ville avec les meilleurs spots.
– Un focus sur 17 festivals et autant de villes supplémentaires qui ouvrent leurs murs au street art.
– Plus de 300 artistes du monde entier répertoriés, de 1010 et ses illusions d’optique au duo Zag et Sia, en passant par Bansky, André ou Invader.
– Un guide abondamment illustré (plus de 250 photos couleur).
– 5 interviews détaillées d’artistes reconnus : le Français Blek le rat, le Portugais Vhils, le collectif américain FAILE, le Brésilien Nunca, le Sud-Africain Faith47 mais également Martyn Reed, créateur du festival Nuart.

Couverture du guide Street art par Lonely Planet

“Atlas du street art et du graffiti”, de Rafael Schacter, aux éditions Flammarion, 400 pages et 750 illustrations.

Cet Atlas du street art et du graffiti constitue l’ouvrage le plus approfondi sur le sujet.

Il offre un panorama mondial de cet art aux influences multiples : le spray can art, le pixâçao brésilien, le pop art et le land art américains, les pochoirs politiques argentins ; et aux manifestations diverses : du graffiti traditionnel à l’intervention sculpturale, de l’affiche à la performance et de l’abstraction géométrique à la figuration photo-réaliste.

Un art populaire qui s’est développé dans des environnements très divers, de la métropole surpeuplée au désert perdu, et a été produit par des créateurs de toute nationalité, race, religion ou culture.

113 artistes, 25 pays, le contexte historique et les influences, 750 illustrations, un focus sur 16 villes, 12 cartes originales créées par 12 artistes, glossaire

Couverture de l'atlas du street art et du graffiti

“Street art et graffiti – Artistes d’exception en France”, de Claire Champenois, aux éditions du Layeur, 360 pages.

C215, Jo Di Bona, Kashink, L’Atlas, Madame, Mosko, Marko93, Speedy Graphito, Popay, Vinie, et vingt autres street artistes présents dans ce livre enchantent les murs des villes d’un bout à l’autre de la planète. Ces génies font partie de l’art contemporain du XXIème siècle.

Aucun ouvrage n’a encore plongé dans les abysses de ces belles âmes.
Qui sont vraiment ces artistes, qui, depuis des décennies, offrent le fruit de leur passion aux promeneurs ?

Ce livre aborde leurs chemins de vie, leur enfance, leurs rencontres, leurs angoisses et… leurs rêves. Explorer la vie des artistes, c’est en comprendre l’œuvre.

À travers ces biographies, vous découvrirez pourquoi et comment ils ou elles ont commencé à bomber les métros, les dépôts SNCF, les bâtiments désaffectés, les façades délabrées, jusqu’aux entrailles de la terre dans les catacombes.

Du graff vandale à la fresque exposée en galerie ou vendue des milliers d’euros dans des ventes aux enchères prestigieuses, la route fut longue.
Découvrez qui sont ces femmes et ces hommes courtisés par les investisseurs.

Ce beau livre, illustré de leur oeuvres rend hommage à l’art universel grâce à la contribution généreuse, magnifique et talentueuse de ces street artistes.

Couverture de Street art et graffitis, des artistes d'exception en France

“C215, #Christian Guémy -L’art du pochoir” de Christian Guémy et Emmanuelle Perras, aux éditions White Star, 224 pages

” Mes œuvres placent des invisibles au rang des célébrités. À travers ces visages, je souhaite que les passants se confrontent à leur propre humanité. ”

Le ton est donné, avec ses peintures Christian Guémy alias C215, un des plus grands artistes d’art urbain, souhaite changer le monde. On le découvre dans ce passionnant ouvrage où le peintre se livre à Alessandra Mattanza, experte en street art international.
Suivre les pas de C215 équivaut à pénétrer dans un monde kaléidoscopique de sensations et d’émotions où chaque mouvement est porteur de surprises et de nouveauté. Son art n’est pas uniquement visuel, il ne s’agit pas de simple provocation politique ou de critique sociale.
La découverte d’un visage, une rencontre, l’aperçu d’une existence fugace qui s’imprègne dans la mémoire, tout est prétexte à susciter des sentiments au plus profond de chacun.

Devenu célèbre en 2008, lorsque Banksy l’invite à collaborer sur différents projets, C215 continue son travail dans la rue.

Considéré comme l’un des plus importants pochoiristes actuels, il peint, dessine, tague et photographie ses œuvres depuis plus de 20 ans.

On peut d’ailleurs découvrir l’un de ses derniers parcours “La légende des cieux” autour et dans le Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget (en savoir plus).

Ou bien encore le parcours des portraits du Grand Siècle du Marais dans le vieux Paris, au coeur des 3ème et 4ème arrondissement. En savoir plus.

Les clichés qu’il livre de sa propre vision et expérience sont un témoignage précieux qui enrichit ce portrait intime.

Courtisé par les galeries et musées, pour lui ces derniers ” sont des lieux de conservation, la rue, elle, dévore, transforme, détruit… ” et c’est ce qu’il aime.

Un ouvrage qui porte au cœur de son art et dévoile ses œuvres les plus importantes de Paris à New York, en passant par Londres, Los Angeles, New York, Rome, Istanbul, New Delhi mais également le Brésil, le Maroc, la Pologne et Israël.

Chat réalisé au pochoir illustrant la couverture du dernier livre de Christian Guémy, alias C215

“Les murs révoltés: quand le street art parle social et politique”, d’Yvan Tessier et Stéphanie Lemoine, aux éditions Alternatives, 204 pages.

Face à une crise économique et morale généralisée, les murs tiennent de nouveau le haut du pavé, portent la parole et les cris de street artistes indignés.
Ils investissent en force le social et le politique et dénoncent une réalité asphyxiante.
Trop de pauvreté, d’inégalités. Trop d’écrans, de publicité, de pollution. Trop de discours politiques et médiatiques normalisateurs qui préconisent toujours plus de cures d’austérité inacceptables.

D’Athènes à Lisbonne, de Marseille à Barcelone, de Rome à Vitry, et bien sûr à Paris, ce livre présente les œuvres critiques des artistes engagés les plus remarquables.
Tous ceux qui n’acceptent pas le monde tel qu’il est. Ils viennent de partout. C’est la mondialisation du refus.

Ces murs-là nous interpellent, nous provoquent, nous appellent à la vigilance, et affirment aussi que, dans un monde saturé d’images toutes faites, le street art peut avoir un double rôle à jouer : sentinelle de notre société et éveilleur de consciences.

Couverture du livre Les murs révoltés

C/ Autres livres

Tout sur l’art : Panorama des mouvements et des chefs-d’œuvre” aux éditions Flammarion, 576 pages.

Quel est le sens caché des Lignes de Nasca ? Pourquoi Les Demoiselles d’Avignon de Picasso ont-elles tant choqué le monde artistique ? Quelle est la signification des peintures japonaises du XIXe siècle ?

Quarante et un historiens de l’art, critiques, experts, artistes ou enseignants ont participé à l’élaboration de cet ouvrage unique pour nous aider à mieux comprendre l’évolution de l’art à travers les âges et les continents.

Plus de 1600 oeuvres commentées.
85 époques et mouvements clés de l’histoire de l’art présentés en détail.
160 chefs-d’œuvre incontournables décryptés.

Tous les outils indispensables (repères chronologiques, biographies d’artistes, détails agrandis, index détaillé).

Couverture du livre "Tout sur l'art"


“400 femmes artistes”, aux éditions Phaidon, 464 pages.

S’inscrivant dans la série du Musée de l’Art, 400 femmes artistes est l’ouvrage consacré aux artistes féminines le plus complet et le plus richement illustré jamais publié.

Présentant une grande variété d’artistes de différentes périodes historiques, d’origines diverses et utilisant des techniques et des matériaux variés, l’ouvrage est classé par ordre alphabétique.

L’œuvre majeure de chacune est accompagnée d’une courte biographie expliquant son travail dans le contexte plus large de sa pratique artistique.

Venant compléter d’autres ouvrages majeurs sur l’art, ce livre propose un glossaire des styles et des mouvements et une introduction explorant les questions plus générales que pose ce sujet intemporel.

Célébrant la créativité féminine à travers les âges, 400 femmes artistes constitue une lecture indispensable pour tout amateur d’art.

Couverture du livre 400 femmes artistes


“L’histoire de l’art”, d’Ernest Gombrich, aux éditions Phaïdon, 688 pages.

Le livre sur l’art le plus vendu au monde, avec plus de 8 millions d’exemplaires depuis 1950.

C’est l’un des ouvrages sur l’art les plus célèbres et les plus populaires jamais publiés.
Il demeure une introduction inégalée à l’ensemble du sujet, des premières peintures rupestres à l’art d’aujourd’hui.
Dans le monde entier, les lecteurs de tous âges et de tous milieux ont trouvé en Gombrich un véritable maître, qui allie la connaissance et la sagesse à un don unique pour communiquer directement sa profonde affection pour les oeuvres qu’il décrit.

Cette Histoire de l’art doit sa popularité durable au style simple et direct de l’auteur. Son but, écrit-il, est “d’apporter un certain ordre, une certaine clarté dans l’abondance de noms propres, de dates, de styles qui compliquent quelque peu les ouvrages plus spécialisés”.

Grâce à son intelligence de la psychologie des arts visuels, il nous fait percevoir l’histoire de l’art comme “un enchaînement ininterrompu de traditions encore vibrantes” qui “relie l’art de notre temps à celui de l’âge des pyramides”.

Couverture de l'histoire de l'art" de Grombich


“Un sixième jour au musée avec les Bidochon – tome 6”, de Christian Binet, Patrick Ramade et Pierre Lacôte, aux éditions Dargaud, 88 pages.

Depuis 2013, Christian Binet, le dessinateur des Bidochon, a lancé une nouvelle série qui mêle BD et art.
Ou comment mêler l’humour à l’histoire de l’art.
En cette fin d’année sort le 6ème tome.

L’idée de base :

Raymonde Bidochon, par on ne sait quel miracle, est parvenue à traîner son rustre de mari dans un musée !
Le choc culturel est total. Comment va réagir Robert en découvrant les toiles de maîtres ?


Des tableaux prestigieux, exposés dans des musées, ont été choisis et reproduits par l’auteur, qui a ensuite dessiné les réactions de ses personnages.
Et les conservateurs de ces musées nous éclairent aussi sur le contexte historique et de manière ludique.
Ce livre, outre sa dimension humoristique et sa belle jaquette, est un véritable ouvrage de vulgarisation de l’art, riche, accessible et documenté.

Entretien de Christian Binet sur cette série :

Les bidochon devant une toile de maître : couverture du 6ème tome des Bidochon au musée

3/ Sélection de DVD

“La passion Van Gogh” – 2017 – 90 min – Réalisé par Dorota Kobiela et Hugh Welchman

Cette coproduction polonaise et britannique est une première au cinéma.
C’est la premier film d’animation qui a été peint à l’huile à partir de scènes filmées avec de vrais acteurs.

L’histoire retrace la vie de l’artiste par le biais de ses toiles.

Paris, été 1891, Armand Roulin est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van Gogh, Theo.
En effet, la nouvelle du suicide du peintre vient de tomber.
Armand, peu enchanté par l’amitié entre son père et l’artiste, n’est pas franchement ravi par sa mission.
À Paris, le frère de Van Gogh est introuvable. Le jeune homme apprend alors par Père Tanguy, le marchand de couleurs du peintre, que Theo, visiblement anéanti par la disparition de son frère aîné, ne lui a survécu que quelques mois. Comprenant qu’il a sans doute mal jugé Vincent, Armand se rend à Auvers-sur-Oise, où le peintre a passé ses derniers mois, pour essayer de comprendre son geste désespéré.
En interrogeant ceux qui ont connu l’artiste, il découvre combien sa vie a été surprenante et passionnée. Et que sa vie conserve une grande part de mystère.

Portrait peint du peintre Van Gogh


“Les petits secrets des grands tableaux” – 2017- 480 min – Réalisé par Carlos Franklin et Clément Cogitore. Coffret de 4 DVD (6 épisodes de 52 min).

L’intégrale de la série produit par ARTE qui explore l’histoire de l’art autrement.

Les 4 volumes de la collection pour la première fois réunis, soit plus de 8 heures de programmes.

Grâce aux techniques de l’animation numérique, chaque épisode passe à la loupe un tableau de maître, déambulant littéralement à l’intérieur de l’oeuvre, à la recherche de perspectives inédites.

Jaquette du coffret de 4 dvd sur les petits secrets des grands tableaux


“Impressionnisme, le coffret” – 2013 – 380 min – Réalisé par Philippe Piguet, Jean-Paul Fargier, Judith Wechsler, Sandra Paugam, Daniel Janneau
– 6 DVD

Au début des années 1860, de jeunes artistes se détachent des contraintes imposées par l’Académie et se réunissent pour peindre avec plus de liberté. Parmi eux : Edgar Degas, Claude Monet, Auguste Renoir.
Soutenus par Édouard Manet, ils sont difficilement acceptés par le public. Refusés au Salon, ils créent leur propre exposition en 1874. Moqueur, un critique d’art intitule son article “L’exposition des Impressionnistes”, empruntant cette expression au titre d’un tableau exposé par Monet : “Impression, soleil levant”.
L’impressionnisme était né…

Ce coffret comprend une série de 5 documentaires et de 2 fictions qui ont accompagné certaines expositions au Grand Palais et au musée d’Orsay, tous diffusés sur France5 et France2, et qui propose de découvrir l’histoire des grands peintres qui ont fait de ce mouvement l’un des plus appréciés.

– “
Claude Monet à Giverny” : documentaire sur l’exposition au Grand Palais concernant la vie de la maison familiale à Giverny organisée autour des activités de l’artiste et de son jardin.
“Les Nymphéas” : ce documentaire analyse et retrace à travers les yeux et surtout la main de son créateur, Claude Monet, la lente naissance de l’œuvre suprême de l’impressionnisme.
“Degas, le corps mis à nu” : ce documentaire revisite l’œuvre de Degas en montrant ce qu’elle a de plus, en explorant plus particulièrement le traitement du nu dans son oeuvre. Il tisse son récit avec les gestes du peintre sculpteur…, jusque dans l’intimité du trait et de la matière.
“Renoir, au-delà de l’impressionnisme” : portrait du peintre à travers les dialogues avec son fils, son marchand d’art, ses correspondances et les lieux qu’il a habités de Paris à Cagnes-sur-mer. Un film très riche en archives inédites qui présente Auguste Renoir comme un passeur entre deux époques, entre « classiques » et « modernes », qui préfigure l’après impressionnisme.
“Édouard Manet, une inquiétante étrangeté” : Ce documentaire retrace la vie du peintre, ses amitiés avec Baudelaire, Zola ou encore Mallarmé et son aventure créatrice, tout au long des événements historiques de cette seconde moitié du XIXème.
– “
Le Bal au Moulin de la Galette” (film) : au Moulin de la Galette, Toulouse-Lautrec discute avec Angèle, revenue de Limoges. Mais la belle a perdu le sourire et ils décident d’aller se détendre à Argenteuil. A leur retour, le peintre découvre que son atelier a été visité et que des oeuvres ont disparu. Georges, l’ancien amant d’Angèle, l’avertit qu’un homme la cherche.
“Le Déjeuner des Canotiers” (film) : Auguste Renoir et ses amis se trouvent sur la terrasse de la Maison Fournaise, une guinguette à Argenteuil. Renoir s’énerve : il veut composer un grand tableau, qu’il intitulera Le Déjeuner des canotiers, mais tout le monde bavarde et bouge. La pose est interrompue lorsque le corps d’une jeune femme est repêché dans la Seine. Toute la petite troupe se précipite mais la bonne humeur s’est envolée.

Jaquette de du coffret DVD sur l'impressionnisme

“La ruée vers l’art” – 2015 – 86 min – Réalisé par Marianne Lamour

Le monde de l’art comme vous ne l’avez jamais vu.
La cinéaste Marianne Lamour, avec Danièle Granet et Catherine Lamour, a mis trois ans pour s’immiscer dans ce monde clos qui fonctionne en circuit fermé, au bénéfice d’une centaine d’initiés.


L”irruption et la puissance de nouveaux collectionneurs hyper-milliardaires ont bousculé un marché de l art contemporain jusque-là orchestré par un petit réseau de professionnels.
De nouveaux gisements artistiques, de nouveaux artistes à vocation mondiale, des montants financiers démesurés sont les fruits d une spéculation intense : quels en sont les véritables enjeux ? Qui en sont les acteurs ? Quelle place pour la créativité des artistes ?

De New York à Hong Kong, de Singapour à Miami, de Shanghai à Doha en passant par Bâle et Venise, la réalisatrice Marianne Lamour et les auteures, Danièle Granet et Catherine Lamour, sont parties à la découverte de ce monde en pleine mutation vers une nouvelle société de l Art globalisé sans en cacher ni les outrances, ni les errements.

Jaquette dvd "la ruée vers l'art"

4/ Offrir un bon cadeau

Si, dans votre famille ou parmi vos amis vous avez un(e) artiste, vous pourriez également lui offrir un bon cadeau à valoir pour un abonnement d’un ou plusieurs mois sur notre galerie d’art en ligne, lui permettant ainsi de faire découvrir et mettre en vente ses oeuvres d’art sur internet.

Il est utilisable également pour l’ensemble de nos services actuels et à venir (formations en ligne à partir de janvier 2020).

bon cadeau sur ART SHOP AND GO

Partager

Donner votre réponse

1 × 4 =

Mes oeuvres favorites 0
Voir ma liste Continuer vos achats