Les idées fausses sur la vente de l’art en ligne

Pouce levé et pouce baissé

La vente de l’art sur (et grâce à) internet engendre souvent un débat passionné, voire passionnel de la part des artistes.
Pour ou contre, cela ne laisse pas indifférent.
Pour beaucoup, en dehors des expositions et des galeries d’art, point de salut.
Sauf que depuis ces dernières années, une part du marché de l’art se réalise sur le net, elle est importante et croissante.
Et la période actuelle, dictée par l’épidémie du coronavirus, ne fait que la confirmer.

Quelles sont les idées reçues ?

Les idées fausses et préconçues sur la vente de l’art en ligne sont souvent les mêmes.
En voici les principales :

  • L’art ne se vend que dans les galeries d’art ou lors d’expositions artistiques. Il n’y pas d’intérêt à vendre en ligne.
  • L’art ne se vend pas en ce moment ! Les gens n’ont pas d’argent ou d’emploi.
  • J’ai déjà essayé de vendre sur internet. Cela ne marche pas”.
  • Je vais faire un site internet et je n’ai plus qu’à attendre que le client vienne m’acheter mes oeuvres”.
  • Un compte sur un réseau social est suffisant pour vendre.
  • Je vais essayer une nouvelle tactique, on m’a dit qu’elle fonctionnait bien il y a 5 ou 10 ans sur le web pour vendre des oeuvres”.
  • Vendre en ligne ses oeuvres ou y faire des rabais, c’est se dévaluer.
  • Il faut énormément d’argent ou de connaissances informatiques pour avoir un site et faire du marketing concernant son activité artistique.
Jeune femme qui se pose des questions
Crédit photo : Tumisu

1ère idée fausse : l’art ne se vend que sur le terrain

Il n’est nulle question de remettre en cause les manifestations artistiques (salons, expositions, foires) ou bien les galeries d’art.
C’est encore un moyen essentiel pour rencontrer un public, voir au plus près les oeuvres proposées et y faire quelques ventes. Certains artistes, et pas forcément connus, arrivent encore à y faire leur trou.
De plus, avec quelques astuces de marketing faciles à mettre en place, il est possible d’utiliser à bon escient ces événements pour vendre vos oeuvres…sur internet.

Quelques bémols

Un nombre grandissant d’artistes constatent qu’ils vendent beaucoup moins lors de salons ou d’expositions qu’il y a 10 ou 15 ans. Une grande part du public y vient plus pour se divertir comme pour une visite de musée ou se promener en famille.
En dehors des salons municipaux, c’est aussi un coût logistique et le retour sur investissement n’est pas souvent au rendez-vous.
Rien que pour ces deux raisons, beaucoup d’artistes font de moins en moins de salons, voire en ont abandonné l’idée.

Concernant les galeries d’art, beaucoup d’entre elles ont disparu ces dernières années et ce n’est pas la crise du coronavirus qui va malheureusement améliorer cet état de fait (lire article).
De plus, mis à par le fait qu’il n’est pas facile de décrocher une exposition dans une galerie, certains artistes reprochent la commission souvent trop importante prélevée sur une potentielle vente.

La vente de l’art sur internet en pleine croissance

La vente d’œuvres en ligne est en pleine croissance depuis 5 ou 6 ans .
Il a été estimé l’année dernière que le volume en dollars de la vente d’art sur internet serait plus de 9 milliards d’ici à 2024 (2,6 en 2014 et 4,6 en 2018).

La plus grosse majorité des ventes en ligne concernent des oeuvres de moins de 5000 €.

Les maisons de ventes/d’enchères autrefois réticentes se sont mises également à vendre en ligne. Idem pour un certain nombre de galeries d’art.
Depuis de nombreux mois, de plus en plus de galeries d’art passent une plus grande partie de leur budget dans la vente de l’art en ligne.
En effet les foires d’art sont coûteuses et le retour sur investissement n’est pas toujours au rendez-vous. Il l’est davantage sur internet pour un budget bien moindre.
D’ailleurs, certaines galeries qui ont investi sur la vente en ligne admettent que cette dernière est toute aussi importante que la vente physique.

Enfin, il faut noter également l’émergence de plusieurs galeries d’art uniquement en ligne.

Avec la crise du coronavirus, certaines grandes foires et galeries d’art ont dû s’adapter rapidement en proposant des expositions ou des enchères en ligne (lire cet article, celui-ci ou celui-là et encore ici, et puis .).

Des galeries et des artistes qui n’avaient pas anticipé le marché de l’art en ligne sont en train d’essayer de combler leur retard.
Cependant un grand nombre d’artistes ne connaissent pas les outils adéquats et la façon de s’y prendre, les tactiques à mettre en place lorsque l’on vend sur internet.
Ceux qui s’y sont pris de la bonne manière depuis 2 ou 3 ans ne peuvent que se satisfaire actuellement de leurs décisions.

Vernissage Art Shopping Paris Juin 2017
Crédit photo : ART SHOP AND GO

2ème idée fausse : l’art ne se vend pas durant la crise (donc encore moins sur internet), les gens n’ont plus d’argent ou d’emploi.

Soyons honnêtes ! Le marché de l’art n’a jamais été un bien de grande consommation.
Crise économique ou pas, les personnes ayant un budget très faible ou étant sans emploi ne sont pas intéressées à acheter de l’art, quelque soit le prix, y compris des reproductions. Même si elles aiment l’art, ce n’est pas leur priorité et c’est compréhensible.


En conséquence, même s’il y a en effet des périodes plus ou moins florissantes, l’art s’est toujours vendu aux personnes n’ayant pas de souci pécuniaire.
Quel que soit le budget dont dispose un client, il y a des oeuvres pour toutes les bourses, même à partir de quelques dizaines d’euros.

Concernant la vente d’œuvres en ligne, même en pleine crise liée au coronavirus, l’art se vend.

En effet, pour en revenir aux expositions ou enchères en ligne réalisées dernièrement, les amateurs ou collectionneurs d’art qui dépensent plus de 100 000 € en oeuvres d’art par an n’éprouvent aucune difficulté avec l’idée d’aller sur internet pour faire leurs achats.


On peut même noter des ventes records en ligne chez Sotheby’s réalisées du 14 au 21 avril dernier pour un montant total d’environ 5,7 millions d’euros.

Lire cet article.
88% des oeuvres proposées ont trouvé des acquéreurs.

Parallèlement, des milliers d’œuvres réalisées par des artistes non connus se vendent quotidiennement sur le net à travers le monde, que ce soit par le biais de sites personnels, de galeries d’art en ligne ou éventuellement par le biais des réseaux sociaux.

N’oubliez pas que d’être en ligne vous permet d’être accessible de n’importe où et de vendre vos oeuvres partout dans le monde.
Lorsque vous êtes dans une galerie d’art ou dans un salon artistique à Lyon, vous n’y êtes pas à Nice ou Nantes, voire Genève, Liège, New-York.

Aux USA, où le marché de l’art en ligne est très important, même en pleine pandémie, des artistes ont été grandement surpris de vendre plus d’art sur internet qu’auparavant suite à la fermeture des galeries d’art et l’annulation des salons et expositions artistiques.
En mars 2020, par le biais d’une plateforme artistique, la moyenne des ventes en ligne a augmenté de 49% par rapport à mars 2019.
Pour le week-end de Pâques, en avril dernier, les ventes ont augmenté de…150% !!!

Aussi bien des oeuvres originales que des reproductions.

3ème idée fausse : “J’ai essayé de vendre en ligne, cela ne marche pas”.

Il n’est pas question de mettre en doute cette affirmation, car il est vrai que beaucoup ont essayé et n’ont pas réussi à vendre une seule œuvre.
En revanche, l’idée fausse c’est de penser que cela ne fonctionne pas.
Comme nous l’avons vu précédemment, vendre de l’art en ligne est en plein essor, et des transactions se réalisent quotidiennement.

La bonne question à se poser, c’est plutôt : pourquoi cela n’a pas marché pour moi ?

Plusieurs raisons sont liées à ce type d’échec, en voici quelques unes :

  • Penser que vendre une œuvre sur internet c’est comme mettre une petite annonce dans le “Bon coin”.
  • Penser que publier uniquement une photo de l’œuvre (d’ailleurs, est-elle de bonne qualité ?) et ses dimensions est suffisant pour vendre.
  • Mettre en vente votre art sur des galeries d’art en ligne présentant parfois des milliers (voire des millions pour certaines) d’artistes et par conséquent des centaines de milliers ou de millions d’œuvres.
    Comment voulez-vous y être visible, découvert(e) et vendre régulièrement si vous n’avez pas un tant soit peu de reconnaissance ou d’une certaine renommée ?
  • Être sur une galerie d’art en ligne avec laquelle vous ne pouvez pas tout gérer selon votre guise. D’où l’intérêt de choisir celle qui correspond le mieux à vos besoins.
  • Penser que pour vendre, il vous suffit d’être présent(e) sur le plus grand nombre possible de galeries d’art en ligne, sur tous les réseaux sociaux, sans oublier votre site si vous en possédez un. En clair, d’être partout.
  • Penser qu’une fois que vous êtes sur internet, les ventes doivent se réaliser dans les 15 jours ou semaines qui suivent.
  • Et le plus important : vous n’avez aucune stratégie de marketing mise en place. Ce que nous verrons dans la suite de cet article.

Si une ou plusieurs de ces raisons vous semblent familières, vous avez la ou les réponses à votre échec quant à vendre vos oeuvres sur le net.
Ce n’est certainement pas le concept de la vente sur internet qui est à mettre en exergue et à blâmer.

Jeune femme frustrée devant son ordinateur
Crédit photo : Andrea Piacquadio

4ème idée fausse : “Il me suffit de créer mon site internet et attendre que les clients y viennent acheter mes oeuvres”.

Il est facile désormais et à la portée de tout le monde d’avoir son propre site web lié à une passion, un thème, une activité professionnelle ou non.
Diverses solutions existent pour mener à bien ce projet.

Autant il est essentiel d’avoir un site web, autant beaucoup de personnes l’utilisent encore comme une “carte de visite” ou une “vitrine” de leur activité. Y compris celle artistique.

Il est faux de croire qu’avoir un site web, c’est suffisant pour lancer une activité commerciale ou une entreprise.
Malheureusement, un site vitrine ou d’ecommerce seul ne sert à rien.

Il ne vous apportera pas davantage de clients et de ventes si l’expérience de visite ou de navigation n’est pas convaincante.

Et puis surtout, si vous n’avez mis en place aucune stratégie de marketing pour augmenter votre trafic et “capturer” vos futurs clients.
L’essentiel est là !
Sinon, comment voulez-vous que votre clientèle potentielle soupçonne votre existence sur internet ?

5ème idée fausse : penser que les réseaux sociaux sont suffisants pour vendre en ligne

Il est utile d’être sur les réseaux sociaux lorsque l’on veut se faire connaître. Cela peut être porteur… avec des bonnes techniques de marketing, une fois de plus.

La première erreur est de croire qu’il n’y a pas besoin de posséder un site internet (et/ou un espace vendeur sur une galerie d’art en ligne), et qu’un compte sur un réseau social est suffisant pour vendre.

La seconde erreur souvent commise est surtout de penser que vos centaines ou milliers d’abonnés sur votre compte Instagram ou Facebook sont tous des clients potentiels.
Ce qui est faux. Quelques uns d’entre eux le seront éventuellement.
Tant que vous n’aurez pas réussi à obtenir de leur plein gré leurs contacts, ces “fans” ne sont que des personnes qui majoritairement ne font que cliquer sur le “j’aime” de vos publications ou photos.

D’autre part, ne posséder (en dehors de tout site personnel) qu’un compte sur un réseau social comporte au moins deux risques potentiels pour une activité commerciale.

Des risques qui se sont déjà vérifiés :

  • La disparition du réseau social lui-même.
    Celui qui est populaire actuellement ne le sera peut-être plus dans quelques années, détrôné par un autre.
    Avant l’arrivée de Facebook, souvenez-vous du succès phénoménal de Myspace, le réseau incontournable pour les musiciens et qui n’existe plus en tant que tel. Sans compter les millions de données définitivement perdues suite à une erreur de manipulation sur les serveurs.
    Si votre réseau favori disparait ou baisse en popularité et que vous n’avez aucun site propre, à terme, vous aurez œuvré pour rien.
  • Les changements d’algorithme.
    Vous êtes populaire sur votre réseau social, et du jour au lendemain, vous ne comprenez pas pourquoi, il y a moins d’activité sur votre page, moins de “j’aime”, ce sont toujours les quelques mêmes personnes qui voient vos publications, etc.
    Cela est causé par les algorithmes qui ont été modifiés par le réseau social.
    Et il vous faut recommencer à regagner cette popularité perdue.
    C’est ce qui est arrivé sur Facebook en 2018 et un grand nombre d’artisans et d’entrepreneurs ont constaté une baisse de leur activité et donc, de leur chiffre d’affaires.
Réseaux sociaux : îcones sur un smartphone

6ème idée fausse : essayer une tactique de vente qui fonctionnait sur internet dans le passé

Certains artistes qui se sont penché un peu sur la vente sur internet ont essayé une tactique. Puis, faute de résultat au bout de quelques semaines ou mois, en ont essayé une autre, et encore une autre.

Essayer une nouvelle tactique ou stratégie trop souvent ne vous mènera pas plus loin dans votre activité. Surtout si cette tactique, excellente dans le passé, est moins efficace ou n’est plus trop adaptée au marché actuel, tout le monde l’ayant déjà mise en œuvre.
Elle ne sera pas forcément mauvaise en soi, mais il vous sera plus dur d’émerger du lot.

Pareillement, ce qui marche maintenant ne fonctionnera plus dans quelques années. Tout évolue.

Demandez-vous plutôt si ce que vous avez fait vous a apporté quelque chose de positif en termes d’augmentation de votre clientèle et de vos ventes ?

Si vous faites toujours ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez toujours ce que vous avez toujours eu”.

Henry Ford

7ème idée fausse : vendre sur internet, c’est se dévaloriser.

Des millions d’artistes à travers le monde mettent en vente d’une façon ou une autre leurs oeuvres sur le web.
Ont-ils vraiment le sentiment de se dévaloriser ?

Comme nous l’avons vu plus haut, suite aux annulations de certaines foires de renom, des oeuvres d’art ont été vendues aux enchères sur le net avec succès et à des montants très élevés (certes, parfois avec un léger rabais).
Pensez-vous vraiment que cela va modifier la notoriété et la renommée des artistes (et des galeries d’art) concernés et qu’on va les montrer du doigt ?

Lorsque l’on regarde des vidéos sur ce sujet précis qu’est la vente d’art sur internet, les artistes interviewés (et ils ne sont pas forcément connus, loin de là) qui vendent régulièrement sur la toile sont très satisfaits de cet état de fait.

Il en va de même pour concéder, à des moments clés, quelques rabais sur vos oeuvres. Cela ne les dévalue pas pour autant. Et c’est quelque chose qui fonctionne plutôt bien.
Maintenant, chacun est libre de faire des promotions ou non. Vous menez votre business selon vos envies.

L’objectif est de vendre votre art.
Et actuellement, il n’y a pas une manière de vendre qui soit plus noble qu’une autre.

8ème fausse idée : il faut avoir des moyens et des connaissances pour se lancer sur internet

Cela était vrai il y a encore une dizaine d’années. Ce n’est plus le cas de nos jours.

Site internet

Avoir son propre site est à la portée de tous en fonction de votre budget disponible, qu’il soit créé par un webmaster ou que vous le fassiez vous-même via un éditeur en ligne ou avec un CMS par exemple.

Galerie d’art en ligne

Pareillement, avoir son espace de vente sur une galerie d’art en ligne est plutôt bon marché.
Vous pouvez la plupart du temps y ouvrir un compte gratuitement.
De plus, les commissions sur les transactions de ventes effectuées sont beaucoup moins élevées que dans une galerie d’art physique.

Marketing

Comme vous avez pu le noter, nous avons insisté à plusieurs reprises là-dessus.

Que vous soyez sur le net ou pas (ceci étant, il vaut mieux y être que pas du tout), pratiquer une activité commerciale (peu importe le domaine) ne se construit pas en quelques semaines.
Il faut du temps pour qu’elle soit visible et viable.

Comme nous l’avons évoqué, concernant la vente de vos oeuvres d’art sur le net, si vous faites cela en dilettante en publiant quelques photos par ci et par là, cela n’aboutira à rien et vous ne ferez que perdre votre temps et un peu d’argent.

Le client ne viendra pas de lui-même sur votre site ou galerie en ligne s’il n’a pas connaissance de votre art et de vous-même en tant qu’artiste. Avec un peu de chance, vous ferez peut-être quelques ventes.

En revanche, il y a beaucoup d’artistes qui sont inconnus du grand public mais qui vendent régulièrement leurs réalisations.

Comment est-ce possible ? Grâce au marketing. Ni plus, ni moins.

Pêcheur avec sa canne dans une barque. Un soleil couchant à l'horizon.
Crédit photo : Kalhh

Pour illustrer nos propos, prenons le cas d’un pêcheur sur sa barque ou sur un bateau.

Le pêcheur n’attend pas que le poisson saute dans sa barque ou son bateau. Cela ne marche pas.
Le cas échéant, cela pourrait arriver avec des poissons volants en étant, avec un peu de chance, au bon endroit et au bon moment !

Il va falloir à ce pêcheur quelques outils :
Une canne à pêche, différents types d’hameçons, des appâts, peut être une épuisette ou un filet, un panier ou des bacs pour conserver ses prises.
De plus, il lui faudra aller chercher ce poisson là où il se trouve.
Le poisson peut se trouver à des eaux plus profondes, ou plus loin que les alentours de sa barque.
Ce pêcheur devra lancer sa canne à plusieurs reprises pour être certain d’avoir du poisson. Et plus il voudra du poisson, plus il devra recommencer toutes ces opérations, régulièrement. Tout au long de l’année.
S’il arrête, plus de poisson ! 😉 C’est aussi simple que cela.

Vous voyez certainement où nous voulions en venir.

Pour vendre vos oeuvres, c’est exactement la même chose que dans notre exemple. Attendre que le client se manifeste n’est pas la bonne tactique.

Comme pour le pêcheur, il vous faut vous aussi les bons outils :

Votre site internet et/ou un espace de vente sur une galerie d’art en ligne, accompagné(s) d’un compte sur un réseau social seront votre barque ou votre bateau.
Les astuces et techniques à mettre en place pour attirer les clients potentiels seront vos appâts, hameçons ; celles pour les “capturer” et avoir leurs contacts seront vos cannes à pêche ou vos filets ; celles pour conserver ces clients et leur proposer d’acheter vos oeuvres seront votre panier ou vos bacs.
Ce sont également d’autres techniques qui vous permettront d’aller chercher de nouveaux clients potentiels dans des “eaux plus profondes ou plus au large”.

Toutes ces techniques et ces stratégies composent le marketing et elles sont toutes réalisables sur internet.
Et la bonne nouvelle, c’est que vous pouvez les mettre en place facilement vous-même à peu de frais. Certains outils sont même gratuits !

Pour vendre vos oeuvres d’art, Il vous faut mettre en place une stratégie marketing avec les outils et techniques qui fonctionnent actuellement.

Il n’y a pas de secret. Concernant le marketing, le plus important , c’est la régularité et la persévérance de vos actions.
Il ne suffit pas d’essayer 15 jours ou 1 mois, puis tout abandonner parce que vous ne voyez aucun résultat.

Sachez profiter correctement de l’internet pour booster votre activité artistique

Si vous êtes un(e) artiste qui souhaitez aller de l’avant et connaître tout ce qu’il faut faire et mettre en place pour vendre vos oeuvres sur le net, nous vous proposons une formation en ligne totalement adaptée à vos besoins.

Élaborée avec notre partenaire Mediacom Créations, elle comporte une soixantaine de leçons réparties sur plusieurs modules.
Elles sont disponibles en version texte et audio accompagnées de vidéos tutorielles, accessibles sur n’importe quel support, à n’importe quel moment et autant de fois que vous le souhaitez.

J’ai commencé la formation cette semaine. C’est bien expliqué pas à pas et à priori bien adapté à ce que je recherche. J’attends la suite. Il y a des choses à connaître pour vendre une œuvre.

Brigitte, artiste professionnelle

Formation commencée durant le confinement que je viens de terminer. Elle est tombé à pic pour moi car je souhaitais créer mon site d’artiste depuis quelque temps déjà. On ne se rend pas compte tant qu’on a pas mis le nez dedans de tout ce qu’il faut savoir pour pouvoir se démarquer, faire les choses correctement et vendre. En fait, c’est pareil pour n’importe quelle activité. Mais la formation est spécialisée pour le domaine artistique. Comme il est dit, il ne suffit pas de poster une fois de temps en temps ses oeuvres et attendre que ça se vende.
La formation est complète et aborde vraiment tous les sujets. Bravo à votre équipe. Il ne me reste plus qu’à me lancer et suivre tous vos conseils.

Laurent

« Le secret pour aller de l’avant, c’est de commencer ».

Mark Twain
Mona Lisa portant un masque contre le covid-19

En conclusion

Après la période de déconfinement, l’activité artistique reprendra son cours petit à petit. La situation des prochains 12 ou 24 mois sera différente de celle avant la crise du coronavirus.
Les galeries d’art qui n’auront pas déposé le bilan rouvriront leurs portes avec probablement des restrictions (distanciation, gestes barrières, vernissages suspendus, etc.).
La seule inconnue pour le moment concerne les salons, foires et expositions d’art.
À l’instar des musées, salles de spectacles, théâtres et cinémas, il y a fort à parier que des restrictions sanitaires plus importantes seront prises engendrant par là-même une fréquentation moindre de visiteurs et autres amateurs d’art.

D’où l’intérêt de vous pencher plus que jamais et sans tarder sur une pratique appropriée du net et mettre en place des stratégies de marketing.
Le but : acquérir du trafic vers votre site et/ou votre espace de vente sur une galerie d’art en ligne afin de grossir votre liste de clients potentiels et d’augmenter vos ventes.

À minima, votre activité artistique et commerciale sur internet sera complémentaire à celle que vous exercez déjà par le biais des galeries d’arts, salons et expositions, pour peu qu’elle vous soit profitable.
Au mieux et à terme, elle sera la source principale de vos revenus.

« L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire ».

Henri Bergson

Articles récents

Partager

Donner votre réponse

cinq × 5 =

Mes oeuvres favorites 0
Voir ma liste Continuer vos achats